Le pistolet modèle an IX

Cavalerie et Dragons

Les cuirassiers du Consulat et du Ier Empire feront principalement usage du pistolet à silex modèle AN IX et AN XIII.

C’est au début de l’année 1812 qu’ils utiliseront le mousqueton à baïonnette. Ce dernier nécessitera une banderole porte-mousqueton à la banderole de giberne ainsi que d’un porte-baïonnette.

Au début du Consulat Napoléon Bonaparte ordonne la création d’un pistolet d’arçon afin de remplacer le pistolet à coffre modèle 1777.

Modèle 1777

A l’accord final, les deux modèles sont pratiquement aussi long et aussi lourd. La conception de mise à feu est similaire. A la grosse différence de son prédécesseur, le canon pose sur un guide en bois et est maintenu sur ce dernier par un embouchoir, lui conférant ainsi plus de robustesse. A la demande de la cavalerie en général, la pente de la crosse est moins prononcée.

Modèle An IX

On estime sa fabrication à 80.000 exemplaires et on peut recenser officiellement, selon les registres des manufactures, 62.248 exemplaires entre l’an XI et 1808.

Il fût fabriqué en masse entre les années 1801 et 1806.

Les manufactures en charge de sa fabrication sont St.-Etienne, Charleville, Maubeuge et Versailles.

Cette arme est un modèle rare.

Caractéristiques :

           Calibre 17,1 mm

            Longueur : 352 mm

            Poids : 1290 gr.